Edito VS lecteur du Mag’cin N°49

Sur les Rails du Printemps ?

La musique ne sera pas la même pour tout le monde en ce printemps 2018. La réforme de la SNCF engagée par le gouvernement joue sa partition, accrochant les wagons d’une opinion publique à sa cause.

A sa cause ?

Oui, facile, lorsque l’on a consacré plusieurs années à détruire un service au lieu de le renforcer, lorsque l’on pointe du doigt des « avantages » pour bon nombre inexistants, lorsque l’adage « diviser pour mieux régner » est appliqué. Mais tout le monde n’est pas envouté par cette mélodie. Les électriciens et gaziers voient clair dans la manœuvre. C’est la casse du service public. Notre service public. Ce que les cheminots traversent aujourd’hui nous attend demain, avec de lourdes conséquences pour les usagers et une finalité aux antipodes du pôle public de l’énergie.

Un pôle public de l’énergie ?

Oui, c’est un projet politique indiquant que le droit à l’énergie est une composante fondamentale du développement de l’Humanité. Il sert l’intérêt général, il ne peut être accaparé par quelques-uns à leur profit. Un beau projet, à l’opposé des notions exprimées par certaines organisations syndicales de « co-construction » avec le gouvernement ou avec les employeurs… Comment par exemple peut-on laisser faire la destruction de la CAMIEG ? C’est l’Etat qui l’organise ne souhaitant pas signer la Convention d’Objectif de Gestion bloquant ainsi son fonctionnement, préconisant la fermeture de 5 antennes et la suppression de 25 postes, alors que le rapport de l’IGAS (Inspection générale des affaires sociales) saluait le travail réalisé par notre régime spécial. Il s’agit là encore d’une attaque en règle, la locomotive Macron avance, sans attendre le coup de sifflet pour s’assurer que tout le monde est à bord.

Et donc ? c’est la fin ?

Non. Le gouvernement veut finir le concert, mais c’est l’heure du rappel. Le rappel des hommes et des femmes, des usagers, des travailleurs. Le rappel de ce qui a été chanté il y a 50 ans, le rappel que le peuple sait se soulever. Le rappel que la Confédération Générale du Travail a sa place, qu’elle orchestre la défense des intérêts de tous les français, pour qu’aucun ne reste à quai, et que nous sortions de ce tunnel en modifiant l’aiguillage pour ne pas prendre la voie de la finance. La convergence des luttes, la correspondance de nos revendications, mener des actions crescendo doit être notre destination.

Ça donne à réfléchir… Mais notre destination, on y va en train ?

Ok bonne vanne ! Non, plutôt à pied pour manifester avec les cheminots, les infirmiers, les fonctionnaires, avec nous ! Ceci dit, les enfants n’iront pas en train non plus pour leurs prochaines colonies de vacances. Des transports collectifs hors rail seront donc mis en place pour assurer les convoyages de printemps. Le choix de les maintenir malgré les actions justifiées est un vrai choix politique, celui de promouvoir l’émancipation et le vivre ensemble. Il s’agit d’une partie de nos missions, en accord avec les attentes, en bémol pour ceux qui prônent l’individualisme. Voyageur des activités sociales, votre trajet est nourri de solidarité, de destinations vacances, de roulement dans le portage de nos valeurs sans jamais atteindre le terminus et les rails de la culture vous conduiront peut être au Printemps de Bourges !

Gaël Classen

Président de la CMCAS

© 2018 CMCAS Berry-Nivernais 3 rue Marcel Paul

18022 Bourges Cedex Tel : 09 69 36 14 00 Fax : 02 48 50 86 02

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?