Edito du Mag’Cin N°58

PROJET DE REFORME DES RETRAITES : ALLONS JUSQU’AU RETRAIT

 

Chapeau rouge, gilet estampillé et vuvuzela, je suis dans la manif. Une des nombreuses qui se sont tenues depuis le 5 décembre. Il y a du monde, beaucoup de monde. Des gens de partout, de toutes professions, des cheminots aux avocats en passant par la fonction publique tous secteurs confondus.
Il y a des agents d’ENEDIS, de GRDF, d’EDF, du RTE, du GRT, d’ENGIE, des actifs, des retraités… En un mot : il y a les IEG.

 

Mais pourquoi ? Pourquoi sommes-nous tous là, défilant tambour battant ?
Pour dénoncer ce projet de réforme des retraites et exiger son retrait. Ce projet n’a qu’un seul objectif : assouvir les appétits financiers sur le dos de tous les salariés. Organisé sur fond de « réforme indispensable à l’équilibre», le mensonge ne passe plus. Le Conseil d’Orientation des Retraites, le COR, est clair : les réserves actuelles du système de retraite (évaluées à 5,6 % du PIB) sont largement suffisantes pour passer le cap de 2025. L’équilibre financier pourrait même facilement être atteint : en moyenne, avec 1 point de cotisation supplémentaire à l’horizon 2025 (un café par mois !) notre système de répartition serait pérenne.
Ce n’est pas non plus pour rien si 61% des français demande le retrait du projet et si la totalité des instances consultatives des Caisses de Sécurité Sociale et de Retraite ont émis un avis défavorable au texte gouvernemental.

 

Quelles seraient les incidences de cette réforme ?
Travailler plus longtemps, cotiser plus et gagner moins. Coté IEG, le volume de la cotisation représente aujourd’hui 50% du salaire brut et demain, ce sera 28%. Moins 22% de cotisations, c’est une baisse de 500 millions. Il y a aussi le calcul de la pension sur toute la carrière en lieu et place des 6 derniers mois, aucunes garanties sur la valeur « du point », aucunes garanties sur un âge de départ fixe et humainement acceptable… Qui peut croire que les pensions demain seront du même niveau avec une telle réforme ?
Et c’est sans compter sur les répercussions collatérales de ce projet : Disparition de la Caisse Nationale du Régime de Retraite des IEG, fin du statut, fin des droits ouverts aux agents en inactivité de service… C’est ce que le projet Hercule vise également, par un autre chemin, certes, mais avec la même finalité. La socialisation des déficits et la capitalisation des bénéfices devient monnaie courante avec ce gouvernement, qui fait fi de l’avis de son peuple et encore plus des incidences néfastes pour sa santé et son avenir.
Alors oui, nous sommes, presque tous, là, dans l’action et la revendication pour ne pas subir encore et encore les incidences de cette politique ultra-libérale. Une motion visant à alerter les bénéficiaires sur le projet de la réforme des retraites a été votée, à la majorité (CGT, CFE-CGC, FO, voir page 15). La délégation CFDT a voté contre, qualifiant cette motion de « blague ». Dommage !
Les électriciens et gaziers sont des agents attachés au Service Public que ce gouvernement et les gouvernements passés ont fait le choix de sacrifier sur l’autel de la financiarisation, au mépris de l’intérêt général et du bien commun. La lutte engagée nous concerne toutes et tous, nous devons être acteur pour défendre notre présent, notre avenir, celui de nos enfants contre ce fléau. Ensemble, poursuivons cette mobilisation inédite tant dans la durée que dans ses modalités.

 

La prochaine action ? J’y serai. Et vous ?
 
Gaël Classen
Président de la CMCAS

© 2020-2021 CMCAS Berry-Nivernais 3 rue Marcel Paul 18022 Bourges Cedex Tel : 09 69 36 14 00 Fax : 02 48 50 86 02

Mentions légales               Données personnelles

 

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?